With Computational Photography, 95% of what you shoot is no longer captured but generated

Apple Keynote, Sept 10 2019, Steve Jobs theater

iPhone 11 and its « Deep Fusion » mode leave no doubt that photography is now software.

Everybody in techdom has noticed that Apple Sept 10, 2019 keynote was still deeply focused on the iPhone, and more precisely on what the company calls its « camera system ». The company insisted almost dramatically on the « extraordinary » capabilities of the new product line when it comes to photo and video.

I will focus on the iPhone Pro that brings the most radically (3+ optics are no longer new though) but also seem to cater, in the keynote at least, to the category of « Pro photographers ». Its relies on 3 cameras, that boast « exceptional » features in Apple’s usual jargon, yet the real revolution is in what you can do with them : 6 pro photographers examples were displayed on the screen as a proof. Same with the « totally redesigned » Photos app. Capturing light was one thing, it is now eclipsed by processing pixels.

Still, the most prominent features advocated yesterday were « Night Mode », « Deep Fusion », video shooting modes that all rely on the 2 or 3 cameras and that « pre shoot » before the A13 bionic chip combines and optimizes everything for final rendering.

Capturing was one thing, it is now eclipsed by processing.

In the case of « Deep Fusion » — that will come, interestingly, as a software update later in November — details unveiled in the keynote mentioned 8 shots being taken just before the button is pressed, then combined with the photo and processed by the A13 bionic chip neural engine to generate, in almost real time, an optimized picture that has been calculated pixel by pixel.

Apple is always scarce on figures ; the tech Kommentariat got frustrated by the absence of mW in the battery life, or the very bizarre chart with no axis that supported the idea that the new in-house A13 bionic chip was the best ever included in any smartphone. Googling deeper across the web does not bring much though : for instance, a similar « 1 Trillion operations per second » claim was already made at the previous iPhoneXS launch, relating the to the previous A12 chip (even if A13 is supposed to have more transistors, deliver more, and consume less though). Setting this aside, and just dividing 1 trillion (as 10^12) by 12 million pixels results in a whopping 83.000 operations per pixel in a second.

Computational photography delivers post-processed images recreated from pre-processed shots, according to an AI « taste ».

Photography has therefore entered a new era where you now take a picture (if the word still has a meaning) first, and manage parameters afterwards such as focus, exposure, depth of field. As a result you do not get « one shot » but are offered an optimized computation among tons of others. In the case of « Deep Fusion », what you receive is a post-processed image that has been totally recreated from pre-processed shots, all of this according to an Artificial Intelligence « taste ».

Now (even) « Pro » photographers will start trading freedom of choice for convenience. Pictures have become shots and I start missing my Ilford rolls. Sometimes.

Disclosure : I modestly contributed to this 10 years ago as I joined imsense, bringing single picture Dynamic Range Processing to the iPhone, and later bringing Apple’s HDR mode to decency. We honestly just wanted to rebalance the light by recovering « eye-fidelity ».

MUREX 2019 — Une première édition réussie !

J’ai eu la chance et le privilège d’être invité par l’Union Patronale du Var à délivrer la Keynote de Clôture de la Première Édition du MUREX à Toulon. Ce Festival voulu et soutenu par un grand nombre d’acteurs privés et publics varois est organisé sur une fin de semaine et fait la part belle aux familles et aux enfants grâce à des ateliers organisés le week-end.

Si vous êtes pressés, je vous recommande les 3 premières minutes et surtout les 3 dernières (à partir de 29′).

Les autres talks sont passionnants et visibles sur le site du MUREX.

A l’année prochaine pour l’édition 2020 ?

First VR Keynote on Blockchain with Giroptic IO 360 camera

This July, I was invited in Stuttgart for the 7th RBVC workshop that was focusing this year on Blockchain and AI. I delivered the opening keynote yesterday and recorded it in 360° thanks to a Giroptic IO camera.

Here is the result, visible in VR on a Chrome / Firefox browser, and best experienced with the Youtube mobile app or any compatible VR headset. It is probably the first immersive 360° VR Blockchain Keynote, as well as my very last one for Caisse Des Dépots.

First @pdewost VR Keynote on Blockchain with Giroptic IO 360 camera

Will Blockchain Technologies The Ultimate Trust Solution ? Keynote at IDATE DigiWorld Summit 2016

Here is the IDATE 2016 DigiWorld Summit closing panel on Blockchain ; the whole conference was revolving around trust hence the title chosen before I engaged in a panel discussion with ConsensysJoseph Lubin and Polychain Capital‘s Olaf Carlson-Wee.

Addressing the question of trust and blockchains requires to remember the context in which Satoshi Nakamoto’s white paper was issued in December 2008 : it was a few months after the subprime crisis and the fall of Lehman Brothers, at a time when the trust in people was extremely challenged, both in their ability to process numbers without mistake, as well as their tendency to operate behind others back. It was a time where libertarians would trust machines and distrust people.

In a way, The Economist’s « The Trust Machine » could be interpreted as « trust the machines / distrust the middle people »

I am thrilled to be back at the Digiworld summit, and by the challenge of getting you into this trust and blockchain prospective conversation with Joseph and Olaf.

The challenge of introducing the topic in 10 min is a huge one, as both trust and blockchains are very flexible and often misunderstood notions.

We have covered many facets of trust across yesterday including trust in the future epitomised by our past icons Igor & Grichka. Still, the essence of trust does rely not in technology but in people first.

How many of you have read Professor Yuval Harari’s « Sapiens » essay ? It is an inspiring and powerful reminder that what made mankind emerge from other species is its unsurpassed ability to cooperate at large scale, and with remote strangers.

Trust is the core enabler for cooperation and applies to people as well as actions.

The analogy used by Marc Andreessen 2,5 years ago, comparing Bitcoin/Blockchain to TCP/IP as we knew it in the 1990’s is a quite interesting one : a usage neutral technology that insiders identified as extremely disruptive and applying potentially to many different use cases, yet not having reached critical mass.

There are at least two core differences though:

  1. Internet is a very efficient information and content copy machine while Blockchain is about transactions
  2. Internet wasn’t as much covered by media as Blockchain is nowadays

Blockchain is a very difficult topic to frame indeed and generates as much misunderstanding as it triggers both fear and enthusiasm.

Why is it difficult ? Because is is incredibly complex, but also because it challenges in lots of ways conventional wisdom.

This is particularly true in large organisations, in the public sector, and in France as we french all share, to various extent, a 17th century cultural genetical disease spread by Descartes.

We french love concepts. We love framing complex issues into simple formulas.

And it turns out Blockchain almost maliciously resists any attempt for intellectual reduction.

Blockchains are about ledgers.

It is transforming, morphing and extending a cornerstone of modern trade and finance : double entry accounting has indeed shaped our modern world for the past 450 years and was invented by Luca Pacioli, a franciscan monk, in Venice.

Blockchain has european roots in this prospect.

Blockchains are about decentralization and this is why Marc Andreessen’s analogy is relevant.

Blockchains are also and beforehand about securing transactions

As we saw Internet is a fantastic copy infrastructure : send an email, send a picture from your smartphone, each time you are duplicating information and content. The media industry knows what this means !

Now lets make an experiment : what if we replace « email » and « snaps » with « $20 » ? In the real world it is an everyday, implicit consensus on the safety of cash and the fact there is no bank note copy machine in any of our pockets.

In the blockchain world, what secures the whole transaction system and avoids double spend is a crypto asset.

Name it Bitcoin, name it Ether, the most secure public blockchain implementations at large scale rely on a digital asset that is both the transaction token and the reward mechanism for securing the ledger and make it untamperable, which means that everybody can trust the transactions that are irrevocably recorded in it.

Blockchains as transaction infrastructures are therefore redefining how we operate trust and reduce frictions in the digital age, but they challenge us all as public blockchains operate on open source software and aside any governmental framework or regulatory body

There might be promises of private / permissioned blockchains, even blockchain without the cryptocurrency, but the fact of the matter is that for now the most robust, resilient blockchains over time involve a cryptocurrency to enable trust (Bitcoin turned 7 in January of this year without having ever been compromised – only its interfaces with the traditional financial world may have been misused and compromised / like gas stations or toll bridges giving access to an autobahn where no accident occurs)

So what makes us so uneasy then when it comes to large organisations or public institutions ? What makes us distrust the trust machine ?

  • It is not only about crypto currencies in my view.
  • It is not only about open source software, which is free, while we still think that « what is free has no value »
  • It is also linked to how all of this emerged in a context of strong distrust in « the system ».

It all has to do about the relationship between trust and permission.

  1. Satoshi published his white paper then instantiated the first Bitcoin node without asking permission to anybody
  2. Vitalik Buterin raised the equivalent of $18 M in a bitcoin crowdfunding sale in 2013 to fund the development of the Ethereum Project without asking permission for what was a the time one of the largest crowdfunding campaigns for a software project.
  3. In spring 2016, TheDAO raised the equivalent of approx. $160 M in what was deemed then as the largest subscription round for a fund. Except such fund had no GPs, no LPs, no investment thesis mentioning a target, no soft cap nor hard cap, no agreement with any regulation agency. The team behind this piece of code (TheDAO was indeed a smart contract running on the Ethereum Blockchain) never asked permission to anybody either.

While « code wins argument » or even « code is law » (including the « code has flaws »), when it comes to move/track assets and value there seems to be some governance needed

So what shall you do ?

  • Be humble
  • Be curious
  • Explore by yourself with no prior assumptions.
  • Be technology agnostic.
  • Explore together as this is about redefining transactions networks

That is what we have launched a year ago with Nadia Filali and 11 partners. We are now 26 in LaBChain and growing and testing uses cases on Bitcoin, Ethereum, and Hyperledger.

I hope by now that you have a better sense of how Blockchains enable trust between machines and could be the foundation of the Internet of transactions.

But will Blockchain technology be the ultimate trust solution ?

To address this tough question I am thrilled to welcome on this panel two specialists. They will introduce themselves much better than I would then we will go through 5 core questions :

1. Trust in people

2 . Trust in code

3. Trust in Oracles and smart contracts

4. Trust in currencies & cryptocurrencies

5. Trust in the future of Blockchains

Thank you, and please give Joseph and Olaf a very warm welcome !

(below is the slide deck used during the keynote)

Smart Cities Keynote — DigiWorld Summit de l’IDATE

Scoop.it

Voici la présentation qui me servait de support pour la Keynote du Séminaire Exécutif « Smart Cities & Digital Living » donnée au DigiWorldSummit 2013 de l’IDATE, à Montpellier.

Elle pâtit des limitations actuelles du service SlideShare :

  • plus d’import de présentations au format Keynote d’Apple, ce qui permettait de récupérer d’un coup les notes de l’intervenant
  • impossibilité d’insérer des vidéos depuis des services autres que YouTube (alors que Vimeo devient une seconde source de plus en plus crédible)

Vous trouverez ci-dessous le chemin de fer de la présentation ainsi que la video du projet Unlimited Cities « Villes sans limites ».

Slide 1 : Introduction

Je remercie François BARRAULT, Yves GASSOT, & toute l’équipe de l’IDATE de m’avoir invité ici à Montpellier pour la deuxième année consécutive.

La Caisse des Dépôts accompagne les grandes mutations industrielles et sociétales françaises depuis près de 200 ans, en jouant un rôle décisif d’investisseur de long terme au service de l’intérêt général. Nous intervenons dans les infrastructures, le transport mais aussi sur le logement, en direct et a travers nos filiales telles que ICADE, la SNI, Transdev ou Egis pour l’ingénierie. Le sujet des Smart Cities nous concerne donc au premier plan comme l’a montré notre engagement dans le projet du Grand Paris.

Slide 2 : Consultons l’Oracle

La thématique des Smart Cities est donc au cœur de l’action de la Caisse des Depôts. C’est sans doute en raison du rapport Quartiers numériques remis au Gouvernement fin juin 2013 que nous avons été sollicités pour cette keynote.

En préparant cette intervention je me suis demandé quel était l’état des lieux et de la réflexion collective.

J’ai consulté l’oracle et voici ce qu’il m’a montré… Une grande complexité, et peu d’humain !

Slide 3 : De la complexité mais peu d’humain

Si on zoome, on découvre une vision très complexe, de très nombreux stakeholders, et une grande difficulté à cadrer le sujet, que ce soit devant une audience compétente comme la vôtre ou devant les acteurs les plus essentiels d’une smart city: ses habitants.

Le sujet les concerne pourtant massivement puisque selon des projections récentes, 70% de l’humanité devrait vivre dans des métropoles d’ici le milieu du siècle.

Slide 4 : Vues d’artistes

Je me suis alors tourné vers ce que nous disent les vues d’artistes, ceux qui rêvent et illustrent notre avenir de citoyens?

Le premier angle est celui de l’extension et de l’expansion

30 millions d’habitants deviendra la norme des très grandes mégalopoles. Déjà le grand Shanghai englobe géographiquement Paris et Londres par son extension.

Slide 5 : Neo Seoul, 2144

Qui reconnaît la ville représentée ici?

Il s’agit d’une des 6 histoires entremêlées de Cloud Atlas, œuvre monumentale des Wachowski (10 ans après Matrix). Les eaux ont monté et contraint Séoul a se protéger et a s’élever. La technologie a donc permis d’endiguer les effets de la nature, mais dans un univers ou le développement durable et la démocratie ne brillent pas par leur réussite.

Slide 6 : Washington DC, 2054

Et celle-ci, dans un futur plus proche?

Minority Report (2002) – Spielberg brief very short -> prototyping DC 2050

> Using a bible : paper prototype vertical and horizontal slicing

World building allows non-linear evolution of the Story. Vertical world was not part of the script.

– ici on ne regarde pas le sujet d’inspiration des interfaces et Tom Cruise jouant a la Kinect avant l’heure (John UNDERKOFFLER et Oblong, inc.) mais la ville

– hauteur, densité, transports

– largest Focus group on Big data

Slide 7 : Logiques de stock et de flux, accélération

Comment relier les projections dans l’avenir a l’histoire des villes?

Ville : point d’accumulation d’êtres humains faisant société autour de ressources communes

Stock : Rôle de l’eau, des barrières naturelles ou artificielles protégeant les réserves

Flux : la ville ou on entre / sort, ou l’on converge pour les marchés, lieu de l’échange et de la circulation

Je vous conseille le livre de J ATTALI « une brève histoire de l’avenir » qui met en lumière le rôle des villes cœurs dans les déploiements de technologies transformantes.

L’écrit permet de compter et marque l’essor des villes marchandes

Jacques ATTALI dans une brève histoire de l’avenir en 2006 : Cet ordre marchand a connu neuf « cœurs » (neuf formes) successifs associés au développement de neuf technologies dominantes : Bruges et le gouvernail d’étambot, Venise et la caravelle, Anvers et l’imprimerie, Gênes et la comptabilité, Amsterdam et la flûte, Londres et la machine à vapeur, Boston et le moteur à explosion, New York et le moteur électrique, Los Angeles et le microprocesseur.

Source de l’illustration : présentation empruntée à Derrick De Kerckhove, né en 1944, sociologue, directeur du programme McLuhan « Culture and Technology » de l’Université de Toronto. Il est intervenu à l’USI en 2010.

(Il est notamment l’auteur de The Skin of Culture et Connected Intelligence. Il est actuellement professeur à la Faculté de Sociologie, Université de Naples Federico II, lorsque le titulaire des enseignements de  » Sociologia della cultura digitale» et «Marketing e nuovi media « .Il est aussi Supervisor de reserche chez le PhD Planetary Collegium M-Node.

Né en Belgique, De Kerckhove est naturalisé canadien. Professeur de littérature française au St Michael’s College de l’Université de Toronto, il obtient son Ph. D. à l’université de Toronto en 1975 et un doctorat en Sociologie de l’art à l’université de Tours en 1979.

Il a été associé au Centre de la Culture et la Technologie de 1972 à 1980. Dès 1968, il a travaillé avec Marshall McLuhan, dont il a été l’assistant, le traducteur et le coauteur pendant une décennie.)

Slide 8 : Infrastructures, Ecosystèmes, Citoyens intelligents

Qu’est-ce qui définit donc une Smart City ?

Focus sur les infrastructures, les écosystèmes (voir le rapport « Quartiers Numériques » de la Caisse des Dépôts)

Voir l’intervention de Nicolas COLIN (« les barbares attaquent l’habitat »)

l’habitat est un des lieux de notre quotidien…

Tendances, selon 5 axes d’innovation

1. Innovation dans la gestion des villes

Complexité qui défie les politiques publiques, mais aussi les grands acteurs privés

Ceci explique tous les grands dysfonctionnements des villes et de leurs infrastructures.

On voit le numérique comme une panacée

Dans les villes de pays émergents, de grands acteurs privés se positionnent (en Europe la place est souvent déjà prise par des géants de la gestion de l’eau ou des transports

Ex: IBM qui déploie du smart grid a Malte. IBM attaque le marché par le haut, la data. (IBM: a Planet Of smarter cities)

2. Innovation dans la conception des bâtiments

Saint Gobain et le smart Glass…

Le bâtiment de Siemens a Londres ou se tenait la G8Innovation Conference

3. innovation en textile, qui a un impact dans le bâti.

Le textile hybridé avec le logiciel permet de déployer de la sensibilité bien moins cher que par déploiements de capteurs,

4. innovation dans la CAO, avec simulation des conditions bioclimatiques et les performances d’un bâtiment

5. Connexion universelle. De l’Internet a l’IoT. Émergence de l’Internet industriel.

Ceci va nous conduire a de nouveaux ouvrages d’art, moins emblématiques mais porteurs d’une expérience applicative plus pervasive

Slide 9 : Smart Infrastructures

  • bâtiments
  • réseaux d’énergie: enernet de Bob Metcalfe ou les travaux de J Rifkin
  • transports y compris individuels

Circulation: logiques de Flux vs Stock – call for smart policies

Exemple de Tokyo ou le coût de possession d’une voiture est élevé, mais la facilité de leur circulation assurée (idem San Francisco, NY ou Singapour)

SigFox exemple de la ville de Moscou

Slide 10 : Smart Pipes

Réseaux mobiles: le choc d’expérience du passage à la 4G. Plus de 50 Mb/s en download et 31 Mb/s en upload mesurés sur le réseau Orange il y a quelques semaines.

Comme le disait JY CHARLIER de SFR, enjeu de la rénovation de la qualité de tout le réseau. Réseaux sans couture.

Solutions de mesures innovantes: Sensorly.

Enjeu de l’ultra haut débit clairement identifié dans le rapport Quartiers numériques. Impact sur l’attractivité.

Slide 11 : Smart Citizens — De la propriété à l’accès

Tendance de fond dont l’impact sur les villes est déjà sensible.

Révolution culturelle menée par des entrepreneurs.

L’interconnexion de l’offre et de la demande, et le lissage à large échelle de la capacité a bouleversé de nombreuses activités par introduction d’offres de services «a la demande»

A chaque fois il s’agit de passer de la propriété d’un bien dont on a un usage irrégulier et variable à l’usage, à la demande, de ce même bien dans un mode ajusté au contexte, et la tendance conduit vers une adaptation aux besoins la plus fluide possible.

Pour pouvoir opérer dans un tel mode, il faut cependant des infrastructures à large échelle, qui puissent absorber les pics de charge statistiques de leurs clients.

Slide 12 : Smart Citizens = Smart Workers in Smart Ecosystems

Exemple de la transformation d’une activité quotidienne: le déjeuner dans la journée de bureau

Resto Flash, qui remplace le papier et à la carte car va plus loin

1. utile pour les restaurateurs, pour que le TR joue le rôle d’apporteur d’affaires et de créateur de liens qu’il aurait toujours dû avoir

2. simplifier toute la chaine de valeur, à apporter des services locaux conformes avec le mode de urbain du 21 siècle : le mobile une porte sur votre quartier.

Ce mouvement aura un impact mesurable (pour 100% du marché):

  • Plus pratique: délai de paiement réduit de 80 à 8 jours (1Milliard de trésorerie), pas de risque de perte/vol (25M€/an).

  • Plus écologique : le TR papier, c’est 15.500 T de papier, 120.000 L d’encre, 8.000 T de CO2.

  • Plus économique : écos potentielles de 250 M€ pour les entreprises, 200 M€ pour les restos.

  • Les salariés bénéficient de bon plans, organisent leurs déjeuners en un instant (système de vote pour choisir le restaurant) , ne perdent plus leurs titres (5 à 10 titres par an)

C’est pour toutes ces raisons que le Premier ministre a en juillet cité les titres restaurants dématérialisés à la pointe des mesures du « choc de simplification »

Une redéfinition du périmètre du produit ample, au delà de la simple transaction (brevet de transaction instantanée) avec des services de relation (bon plans, organisation des déjeuners, menus, cartes…)

Slide 13 : Réconcilier la technologie et l’humain

« Ville numérique : Passer de l’opposition entre humain et technique à la symbiose » – vision et démarche « Unlimited Cities » d’Alain RENK et UFO

La ville numérique actuelle

Un nouveau système nerveux technologique des villes émerge. Il donnera accès à des possibilités presque inimaginables en connectant espaces, objets et humains. Construit selon les oppositions binaires du passé la ville de demain sera soit:

1- Entièrement contrôlé de façon surplombante par des tableaux de bord aux mains des politiques qui en feront un usage plus ou moins démocratique.

2- Soit pris en main par les citoyens connectés qui hackeront ce qui ne leur convient pas et construiront de nouveaux espaces de libertés de façon ascendante, sociaux, culturels et économiques

3 – Plus vraisemblablement cette ville numérique sera l’objet d’un combat permanent entre les deux tendances, avec une gigantesque perte d’opportunités.

La ville numérique de demain

Cette opposition sera dépassée par la vision Politique de l’intérêt à organiser la montée en compétence et en intelligence des citoyens connectés et informés. Les villes qui gagneront dans le futur la bataille de l’attractivité seront celles qui sauront devenir des symbiontes, c’est à dire capable de faire fonctionner en harmonie la dimension ancestrale de la ville (sociale et culturelle) et la dimension innovante du XXIe siècle (connexions numériques globales).

Dans la ville numérique symbiontes, l’intelligence collective est distribuée aux échelles locales et humaines, permettant de générer une croissance exponentielle du mieux vivre et du bien être économique, résolvant à l’ensemble des échelles, les équations d’équilibre entre l’ordre et la liberté, entre l’efficacité et la liberté, entre la gestion et la poésie.

Le chemin

Construire les outils d’intelligence collective dans tous les domaines (learinig by doing + délibération + expérimentation rapide + bilan), ouvrir l’accès à la connaissance (open data + mooc + data viz + transparence des données et gestion de la vie privée)

UFO fait le job sur l’urbanisme, car l’intelligence collective n’est pas donnée, elle se construit à l’aide de dispositifs hybrides synchrones asynchrones, en présentiel et en ligne, avec un accès progressif à la complexité. (l’én

L’ennemi de la ville numérique de demain: les tendances à la simplification qui déshumanise, la vie est complexe !

L’atout de la ville numérique de demain: la curiosité. L’homme a soif de vivre, de comprendre, de jouer. S’il a entre les mains les moyens d’inventer pour améliorer sa vie il le fera de façon individuelle ou au sein de ses organisations.

« Villes sans limite », télécharger l’application pour Ipad : ici Montpellier et là Evreux

Slide 14 : En Résumé

La plupart des technologies clés qui façonnent notre monde depuis 30 ans ont été initialement mises au point par des militaires ou pour des besoins militaires: le GPS, l’Internet, ou plus récemment les systèmes de «visée tête haute» qui sont passés du cockpit d’avion au poste de conduite automobile et sont en train de devenir portatives grâce à Google Glass.

BIG DATA et Objets Connectés: exemple de NetAtmo, dans lequel le Groupe Caisse des Depots a co-investi via le Fonds Ambition Numérique et qui pourrait contribuer par ses réseaux de capteurs à la montée en puissances des Smart Cities

Scoop.it